[Indonésie] Autour d’Ubud

Si Ubud est une ville intéressante aux multiples activités, tout son intérêt réside dans sa situation centrale. En partant de là, on peut rayonner facilement pour découvrir de nombreux points d’intérêt.
N’ayant qu’un seul jour à consacrer aux alentours de la ville, nous avons donc suivi un trajet assez classique. Voici ce que vous pouvez voir en quelques heures autour d’Ubud.

 

Rizières

Bien évidemment, le premier intérêt de sortir de la ville est de contempler les fameuses rizières en terrasse, inscrites au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Nous ne sommes pas allés jusqu’à Jatiluwih car il suffit de sortir d’Ubud pour en apercevoir.

IMGP6426

IMGP6478

 

Pura Tirta Empul

Second arrêt aux bains du temple Pura Tirta Empul, où l’eau sacrée est réputée curative. On essaiera probablement de vous vendre un sarong mais ils sont prêtés gratuitement à l’entrée du temple.

IMGP6442

 

C’est assez joli, mais beaucoup trop fréquenté à notre goût. Ça crie, ça se bouscule, et on va vite se réfugier dans une autre zone du temple. C’est la partie où les gens viennent prier, et c’est beaucoup plus paisible. On peut déjeuner au bord du bassin où vivent d’énormes carpes.

IMGP6457

 

On continue notre exploration et tombe sur une grosse quantité d’offrandes : il y a des cochons entiers ! Il semblerait qu’une cérémonie ait eu lieu ou se prépare, ça n’était pas clair.

IMGP6462

 

Pura Tirta Empul était sympathique, mais ne nous laisse pas un souvenir impérissable, surtout à cause du monde et de la cohue. On repart, en espérant être davantage convaincu par Gunung Dawi.

 

Gunung Kawi

On arrive à Gunung Dawi totalement trempé à cause de l’orage qui s’est abattu sur nous. Ça a un avantage : nous sommes quasiment seuls pour descendre au temple, qui est enclavé au fond d’une vallée. Et puis cette ambiance brumeuse a des airs de fin du monde, ça nous change agréablement des quinze derniers jours passés sous un soleil de plomb.

Construit au XIème siècle, le temple est gravé dans la roche. C’est original et ça vaut le détour, après les 12 000 autres temples qu’on a déjà vu.

IMGP6485

Chaque sculpture fait 7m de haut. On peine à imaginer le travail que ça représente.

On suit un chemin un peu au hasard et on trouve d’autres morceaux de temple dans les hauteurs.

IMGP6512

IMGP6550

 

Une fois les 230 marches remontées, on déjeunera sur place, avec vue sur les rizières.

IMGP6559

 

Gunung Gawi c’est notre coup de cœur de la journée, à la fois pour l’originalité du temple et pour la tranquillité qu’on y a trouvé.

 

Goa Gajat

Manque de bol, le soleil revient alors que nous sommes en route pour Goa Gajat, alias « La Cave de l’Elephant ». Construit au IXème siècle, on y accède via la gueule du monstre, après avoir parcouru un couloir long de 13 mètres. J’avoue que je n’étais super motivée pour pénétrer dans un couloir sombre et humide sous les tropiques, ne sachant pas quelle vilaine bestiole pouvait s’y cacher.

IMGP6575

 

Là aussi, il y a des bains à proximité mais ils ne donnent pas vraiment envie de se baigner. D’après Wikipédia, ils sont restés enfouis jusque dans les années 50.

IMG_9214

 

Comme on a la manie de tout explorer, en descendant en contrebas on trouve un joli jardin. Ça a presque plus d’intérêt que le temple en lui-même 😀

IMGP6588

IMGP6606

IMGP6611
On aimerait voir un 4ème temple, dont j’ai oublié le nom, mais impossible de le trouver. On tourne, on fait demi-tour, on repasse, mais rien, nada. Comme il est déjà 17H et qu’on ne souhaite pas rouler de nuit, on préfère rentrer.

 

On a adoré ces excursions, d’autant que nous avons vu en premier le temple qu’on a le moins aimé de la journée. Notre ressenti aurait été différent si on avait vu Tirta Empul après Gunung Kawi, par exemple.Et puis c’était particulièrement agréable de sortir de la foule d’Ubud.

Nous avons visité les temples les plus populaires, du fait de notre planning qui ne nous laissait qu’une journée. Mais on aimerait beaucoup revenir à Bali pour explorer tous les temples méconnus que nous n’avons pas pu voir, autour d’Ubud mais pas que.

Chronologiquement, nous passerons une nouvelle journée à Ubud, à profiter des activités dont je parlais dans l’article précédent, avant de nous faire conduire à Sanur par nos hôtes. On va attaquer les choses sérieuses : la plongée !


Infos Pratiques

Tarifs

  • Tirta Empul : 15 000 rp/personne (0,94€)
  • Gunung Kawi : 15 000 rp/personne (0,94€)
  • Déjeuner au resto de Gunung Kawi : 190 000 roupies (11,90€)
  • Location d’un parapluie à Gunung Kawi : 10 000 roupies (0,63€)
  • Goa Gajat : 15 000 rp/personne (0,94€)

La conduite en scooter

  • Location d’un Honda Scoopy pour une journée : 60 000 roupies (3,76€)
  • Essence : 7500 roupies/L (0,47€)

 

Vu la circulation balinaise, j’appréhendais beaucoup la conduite en scooter, d’autant que je n’ai jamais roulé à gauche. Finalement, ça s’est bien passé, sans doute car je roule en scooter au quotidien.

Toutefois, j’ai pris soin de toujours rouler bien à gauche, pour que les autres véhicules puissent me doubler sans souci. Comme il pleuvait le jour où nous sommes partis en excursion, j’ai fait attention de freiner doucement pour ne pas bloquer les freins ou partir en glissade, d’autant qu’il y a parfois des morceaux de feuilles ou de branches sur la route, ou des trous.

La conduite balinaise se joue aussi au klaxon, et j’avoue que je n’ai pas tout à fait compris quand il fallait klaxonner. Alors dans le doute, j’ai beaucoup klaxonné 😀
Il y a un seul truc que je n’ai pas compris, ce sont les espèces de ronds-points mais où les gens ne tournent pas autour du rond-point, alors j’ai suivi les autres véhicules comme je pouvais.

Nos seules vraies mésaventures, ça a été :

  • lorsqu’on a tenté de monter une route un peu raide sans prendre assez d’élan, et où Bigfoot a dû descendre sinon le scooter partait en marche arrière (en mode montagnes russes)
  • lorsque j’ai redémarré alors que Bigfoot n’était pas encore tout à fait assis sur le scooter (oups)

Pour les formalités, un permis de conduire international est (soit disant) indispensable mais je n’ai jamais eu à le présenter. Dans le doute, faites le faire quand même, d’autant que c’est gratuit et c’est valable dix ans.
On a aussi eu la chance d’avoir des casques mais comme ils n’étaient pas à notre taille, bon… on va dire que c’est mieux que rien. Et enfin, même si je sais que c’est super dur quand il fait très chaud, roulez bras et jambes couverts. Parce qu’en cas de chute, même à faible vitesse, ça peut faire très très mal. Etant déjà tombée à faible vitesse mais habillée (en France), je n’ose imaginer les dégâts si j’avais été bras et jambes nues (ça aurait été débile vu que c’était en plein hiver en fait, mais bref #3615mavie)

Telys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *