[Indonésie] Arrivée à Ubud

Après ces quelques jours paradisiaques, nous embarquons en direction de Padang Bai, d’où nous prendrons le bus pour arriver dans la capitale culturelle de Bali : Ubud.


L’épreuve du speed-boat

Vers 10h, nous laissons à regret notre petit bungalow derrière nous et nous rendons au ponton d’embarquement de Gili Air. Notre départ pour Padang Bai est prévu vers 11h, avec la compagnie Semaya One.

Je ne sais pas pourquoi on s’obstine à arriver en avance à chaque trajet. Car c’est un énorme bordel qui nous attend au ponton, avec des touristes dans tous les sens, des employés totalement incompétents qui refusent de lâcher la moindre info et des bateaux qui arrivent et repartent sans qu’on sache vraiment de quelle compagnie ils sont. On achète des parts de gâteaux (vanille-citron et cannelle-raisin) pour patienter.

Après avoir failli embarquer sur un autre rafiot, à 11h45 nous voici enfin dans notre bateau. Si le trajet aller avait été une agréable surprise par rapport à tous les maux que les reviews TripAdvisor nous avaient promis, on prend vite la mesure de l’enfer qui nous attend pour ce voyage retour. Le bateau est vraisemblablement surbooké et des gens restent debout. Ça ne semble pas vraiment étonnant puisqu’on peut acheter des billets à n’importe quel revendeur de l’île ou de Bali. Et je doute qu’ils centralisent les infos de manière informatique…
A midi, nous prenons encore des passagers à Gili Trawagan et vogue la galère ! Si le trajet Amed – îles Gili nous semblait paisible, c’est qu’il s’effectue dans un petit bras de mer.

Nos trajets en Speed Boat

Admirez mes capacités en Photoshop \o/

 

Entre Gili et Padang Bai, nous sommes au large, et le conducteur de cet engin de malheur y va à FOND. J’ai passé les trois heures suivantes écouteurs vissés sur les oreilles, yeux fermés, à m’imaginer loin, loin, loin, dans ma « happy place » pour éviter 1. de stresser 2. de vomir sur mes compagnons d’infortune.

Nous sommes arrivés à Padang Bai vers 15h, et je peux vous dire que ceux qui n’avaient pas appliqué ma méthode n’avaient pas l’air très frais.

Le trajet en bus entre Padang Bai et Ubud est compris dans notre ticket. Vu la qualité du voyage qu’on vient de faire, on compte bien le rentabiliser au maximum. Après une demi-heure de galère et de flou artistique, on trouve finalement un mini-bus qui va à Ubud.
Généralement, la plupart des mini-bus de ce type vont vous chercher et vous déposent à votre hôtel (comme pour Borobudur). Mais non, service minimum là aussi, le mini-bus nous dépose sur une place dans le centre d’Ubud et ciao ! Coup de bol, nous ne sommes pas très loin de notre guesthouse. Mais autant vous dire qu’on ne vous recommande pas du tout Semaya One (et nous ne sommes pas les seuls)

 

Notre logement à Ubud

Il est 17h, nous arrivons enfin à la Ketut Kasta Guest House, une maison balinaise traditionnelle. Ces villas sont divisées en plusieurs bâtiments, chacun ayant leur fonction : cuisine, chambres, salon. Comme souvent en Indonésie, la vie quotidienne a lieu autant en intérieur qu’en extérieur. Dans l’enceinte du complexe d’habitation, il y a des genres de patio et de loggia abrités, où sont installés chaises, canapés et même télé !

IMG_9230

La religion est très importante à Bali. La maison dispose également de son propre autel et la grand-mère passe chaque matin déposer des offrandes à divers endroits du complexe.

IMG_9226

Suci et Made nous accueillent et nous montrent notre chambre, située dans un bâtiment à part : immense, avec une petite kitchenette et un balcon. Seul ombre au tableau : pas de piscine. Vu la chaleur et l’humidité ambiante, on se dit finalement que ça aurait été appréciable.

IMG_9116

IMG_9107

Suci nous apporte le petit-déjeuner chaque matin sur notre balcon. On y entend les oiseaux et les insectes mais, heureusement, très peu la circulation mouvementée locale.

IMG_9218

L’endroit est vraiment idéal si vous souhaitez intégrer le quotidien d’une famille balinaise traditionnelle. En plus d’héberger la grand-mère, Suci et Made ont un petit garçon, qui ne demande qu’à communiquer et jouer avec les visiteurs étrangers. Mais ceux qui nous connaissent doivent se douter que ça n’est pas trop notre trip, et qu’on préfère rester tranquille lorsqu’on voyage.

Pour le diner, nous sommes allés dans un warung qui ne paye pas de mine, voire un peu kitsch mais absolument délicieux : Run’s Warung. Tenu par ce qui semble être une mère et sa fille, les produits sont frais, cuisinés sous nos yeux et c’est super bon. Par contre, l’endroit est tout petit.

IMG_2466

IMG_2467

Reposés et bien calés, dès le lendemain on va arpenter la ville et ses alentours !


Infos pratiques

  • Speed boat Gili Air -> Padang Bai + Bus jusqu’à Ubud (Samaya One) : 300 000 roupies/personne (18,80€)
  • Diner chez Run’s Warung, deux plats et deux boissons : 65 000 roupies (4€)

L’hôtel

Ketut Kasta GuestHouse, Jl. Cok Gde Rai No. 6, Br. Ambengan, Peliatan, 80571 Ubud, Indonésie

Telys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *