[Dublin] – L’anniversaire surprise des 30 ans

Ahem, salut ? Y a quelqu’un ?

Il se peut que j’ai eu un peu la flemme, un peu envie de profiter d’autres loisirs (lecture en tête), un peu préféré faire des sorties entre amis ou en amoureux, et j’ai fait passer le blog au second dernier plan. Je ne peux promettre que ça n’arrivera plus, mais en attendant, I’M BACK !

Bon, alors pourquoi j’ai tout lâché en février ? Parce que je préparais notre voyage de mars, à Dublin, et que je le préparais seule ou quasiment. En effet, c’était un anniversaire surprise pour les 30 ans de Bigfoot. Alors comment organiser tout ça efficacement mais secrètement ?


12 mois avant : j’ai commencé à réfléchir à ce que j’allais bien pouvoir trouver pour rendre le passage à la dizaine supérieure à la fois inoubliable et indolore, parce que monsieur n’aime pas trop vieillir.
J’avais bien pensé à faire se cotiser tous ses potes pour lui offrir un cadeau de type « Pilotage d’hélicoptère » mais je nous voyais mal rester au sol à le regarder faire joujou. Qu’est-ce qu’on pouvait faire tous ensemble ? Partir, mais où ? L’une des grandes passions de mon cher et tendre étant la bière, l’idée de visiter une brasserie a fait son chemin. Après quelques jours à cogiter, la destination de Dublin et tout particulièrement la brasserie Guinness me semblait toute trouvée !

dublin_guiness_1

10 mois avant : j’en ai parlé à une copine, histoire de vérifier si mon projet était viable et semblait intéressant, histoire de ne pas m’emballer et partir dans une direction trop farfelue. Comme elle était enthousiaste elle aussi, je me suis dit que soit elle était aussi tarée que moi (mais disposée à venir, donc ça m’allait), soit on était en route pour un week-end mémorable.

6 mois avant : j’ai rongé mon frein jusqu’à une date qui ne me semblait pas trop proche, ni trop éloignée, pour faire un joli mail aux potes les plus proches du futur trentenaire. Le challenge était d’inviter suffisamment de monde pour rester à un total acceptable après les éventuelles défections, tout en m’assurant de pouvoir loger tous les gens s’ils étaient tous partants.
2 refus plus tard, nous étions 7 personnes ravies à l’idée d’aller se saouler tout un week-end à l’étranger (mais qui ne le serait pas ?)

dublin_the-hangover

Weekend garanti sans tigre

5 mois avant : on a calé nos dates d’arrivées et de départ parce que ça aurait été trop simple si on partait tous de la même ville ! On a pris nos billets sur Aer Lingus, et rien à redire sur la compagnie. C’est du semi-low cost : bagage en soute, boissons et repas sont payants, mais on peut choisir nos places à bord au check-in.
J’avais aussi profité d’un passage à La Poste afin de récupérer un colis à destination de Monsieur pour prendre en photo sa carte d’identité au cas où le numéro de carte soit demandé à l’achat des billets…mais je n’en ai pas eu besoin.

4 mois avant : on a réservé un méga appart sur Airbnb, un concept beaucoup plus cool et agréable que d’être chacun dans notre chambre d’hôtel. Pour l’occasion, je me suis même créé un autre compte que celui qu’on utilise habituellement pour nos résas, des fois que Bigfoot tombe dessus, et en expliquant à la nana de l’appart notre projet. Nous sommes allés dans l’une des plus anciennes maisons de Dublin, qui est encore plus canon en réalité que sur les photos. C’était une des rares annonces où on pouvait dormir à 8 dans de vrais lits, et pas en dépliant des canapés au milieu d’un salon minuscule. Elle est bien située, à proximité des points d’intérêts mais dans un quartier calme. Le seul point négatif est qu’il faut compter le prix du gaz en plus de la location, et que la maison est relativement fraiche (en mars, du moins). On en a eu pour une centaine d’euros de gaz au total, pour trois jours.

Salon

Salon

Chambre principale

Chambre principale

Salle de bains immense

Salle de bains immense

Une des chambres

Une des chambres

Une autre des chambres

Une autre des chambres

3 mois avant : j’ai commencé à repérer les activités à faire et les endroits où manger, j’y reviendrais. On a été grandement aidé par le fait qu’un des potes en question ait passé 6 mois à Dublin pour ses études et connaisse les endroits à voir tout en sachant nous guider en ville.

2 mois avant : j’ai commandé un carnet Moleskine Dublin de la catégorie City Notebook, à la fois pour l’offrir à Bigfoot à l’aéroport afin qu’il découvre la destination, et pour qu’on puisse noter tout ce qui se sera passé pendant le week-end. Je dois dire que de sacrées perles s’y trouvent mais ce qui se passe à Dublin reste à Dublin !
Il est plutôt bien conçu d’ailleurs, avec un plan de la ville et différentes sections pour noter ses avis (restaurants, activités, etc…) J’y penserais pour nos futurs voyages.

dublin_moleskine_1

 

dublin_moleskine_2

dublin_moleskine_3
2 jours avant : j’ai acheté les quelques objets utiles au voyage pour lesquels je ne pouvais vraiment pas trouver une excuse en faisant nos courses, genre « oh tiens, en ce moment on a vachement besoin d’un adaptateur de prise pour les pays anglo-saxons, non ? » Non. Ni d’un déo à bille pour monsieur alors qu’il ne jure que par son déo en spray mais qui ne passera pas en bagage cabine.

 Jour J : j’ai demandé à Bigfoot de préparer sa valise, en me réservant le remplissage de la trousse de toilette à cause des maudites restrictions sur les liquides. Heureusement, le temps annoncé pour Dublin n’était pas trop différent du temps bordelais, donc j’ai pu esquiver les questions sur la composition de la valise. Mais c’est sûr que ça aurait été plus compliqué si on était parti dans un pays très chaud.

On a pris le bus jusqu’à l’aéroport, en essayant de ne pas prendre le même que nos potes bordelais. Va trouver une excuse quand on te trouve dans le bus pour l’aéroport avec une valise : « Oh ben tiens, vous partez en week-end aussi ? » « Non, non, on va au marché ». Hum…

Une fois à l’aéroport, on a retrouvé les potes (« Oh vous ici ! »), j’ai offert le Moleskine (« Ooh Dublin ! ») et c’était parti !

Sauf qu'on n'était pas déguisés, ouf

Sauf qu’on n’était pas déguisés, ouf

Donc franchement, organiser un week-end surprise n’est pas très compliqué à condition de s’y prendre en avance et de se laisser du temps pour les réponses des participants aux diverses questions.
La seule réelle difficulté : tenir sa langue jusqu’au bout. Et j’avoue que ça a été extrêmement compliqué dans les derniers jours précédant le départ, tant l’excitation du « cadeau » mêlée à celle de partir en voyage me donnait envie d’en parler ! Et je n’étais pas aidée par un Bigfoot intraitable quant à la surprise qui s’annonçait : il ne voulait rien savoir.

Heureusement, c’est un tout petit bémol par rapport au chouette voyage qu’on a passé. Je vous en dit plus sur les bonnes adresses et les endroits à voir bientôt 😉

Telys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *