[Japon] – Shibuya, Harajuku et Akihabara

Certains quartiers de Tokyo sont plus emblématiques que d’autres. C’est le cas de Shibuya, Harajuku et Akihabara que je vous emmène découvrir aujourd’hui.

shibuya_0

Shibuya

Shibuya est le quartier vivant de la capitale japonaise. C’est là que vous trouverez le fameux passage piéton vu et revu, que j’ai personnellement trouvé très petit au milieu de ces hauts buildings. Bref, une légère déception sur ce coup, d’autant plus que des passages piétons en diagonale d’un carrefour, il y en un peu partout au Japon.

shibuya_2

On a  bien essayé d’aller faire un peu de shopping chez Gap mais les prix, une fois convertis du yen à l’euro, étaient exorbitants. De toute façon, on a pu compter sur le mini-format de la population japonaise pour être sûrs de ne pas trouver nos tailles. Et on ne pouvait pas aller au Japon sans passer chez Uniqlo, cette chaine de magasin de vêtements japonaise un peu « hype » en France.
J’ai été surprise de la différence d’agencement des boutiques entre l’Europe (de vastes espaces,quelques vêtements soigneusement repliés sur chaque étagère) et le Japon (un petit magasin plein à craquer de toutes sortes de vêtements et un choix immense). J’ai quand même craqué pour un t-shirt Snoopy et un foulard.

bento_5

Mais l’essayage fût un grand moment. Déjà, il faut enlever ses chaussures avant de pénétrer dans la cabine. Et la vendeuse vous donne un genre de tissu fin, replié et cousu sur les bords avec un côté plus long que l’autre. Une fois dans la cabine, un panneau qui me laisse perplexe :

shibuya_1

« Quand vous essayez des t-shirts, utiliser un ‘couvreur de visage’ s’il vous plait »

Je pense qu’il faut « mettre » le tissu en protection avant d’enfiler le vêtement à essayer mais je n’ai pas trouvé comment ! Sur le buste, le visage ? Faire un trou pour y passer la tête ? Aucune idée donc je n’ai pas mis la protection (haaaan) mais comme j’ai acheté le t-shirt ça n’était pas bien grave.

Ensuite, on est allés se ruiner à Tokyu Hands. C’est un genre de BHV mixé au Printemps, on y trouve des valises aux produits pour le bain, de l’outillage, du linge de maison, en passant par des bentos et du papier à origami. Il y a 7 étages si je me souviens bien, avec des demi et des quarts d’étage, bref de quoi y passer des heures !

C’est là que j’ai acheté ma boite à bento. J’ai eu bien du mal à choisir (comme d’habitude, dirons les mauvaises langues :p) parce qu’il a fallu me décider sur le style (pas trop funky, pour l’emmener au bureau), la contenance, les compartiments (au moins deux, au cas où je n’ai qu’un seul truc à réchauffer). J’ai donc pris un modèle simple, moderne, avec deux compartiments, qui peut contenir des baguettes et qui passe au micro-ondes.

bento_1

J’ai aussi pris de mignonnes petites boites individuelles, qui me servent régulièrement à emmener mon dessert (mais elles ne sont pas parfaitement étanches et j’ai parfois la joie d’avoir du fromage blanc dans mon sac, mmmhhh)

bento_4

Bigfoot n’en a pas racheté sur le coup, puisqu’il avait déjà une de style traditionnel de son précédent séjour.

bento_2

Mais comme ce bento ne passe pas au micro-ondes, à la faveur d’une commande sur Casa Bento une fois rentrés, il a craqué pour ce modèle à trois compartiments.

bento_3

Casa Bento donc, où j’ai acheté un cuiseur à riz (japonais) au micro-ondes. C’est ultra pratique, il se passe rarement une semaine sans que je l’utilise pour me préparer un repas à emmener au bureau.

Ensuite, Bigfoot a acheté du papier à origami et j’ai perdu le contrôle (de moi même et de mon porte-monnaie) sur les tampons Totoro. C’est bien simple, j’ai tout pris, ahem…. Mais ils font leur petit effet sur les cartes de PostCrossing ^_^ Et j’ai retrouvé mes esprits sur le masking tape.

tokyu_hands_1

tokyu_hands_2

Il n’y a pas que des boutiques, des bars ou des boites de nuit à Shibuya, en conséquence logique il y a également pas mal de love hôtels. Ce sont ces fameux hôtels où des couples de toujours ou d’une nuit se retrouvent, soit parce que c’est compliqué d’avoir un peu d’intimité dans une maison avec des cloisons en papier où vivent parents et grands-parents, soit parce que c’est plus rapide.
On voulait essayer un de ces hôtels, surtout pour rigoler un bon coup devant l’exotisme des chambres qu’ils contiennent. Jungle, Hello Kitty ou salle de classe, l’imagination des japonais est sans limite.

love_hotel_1

Alors pour info, le Love Hotel avec la chambre Hello Kitty est à Osaka.

love_hotel_2

T114 PO CP 155

Mais après quelques recherches sur le net, impossible de trouver mieux qu’une chambre d’hôtel supérieure pas décorée pour un prix un peu élevé (~80€) Certains utilisent un love hôtel pour y passer la nuit mais on avait déjà un hôtel standard réservé pour la totalité du séjour. Tant pis, on garde ça sur notre liste pour le jour où on reviendra. En attendant, si vous avez un bon plan pour un love hôtel à thème à Tokyo, vous pouvez nous en parler dans les commentaires.

Harajuku

Comme on était dimanche, on est allés jusqu’à Harajuku, un sous-quartier au sein de Shibuya. C’est censé être là que se retrouvent ces groupes de jeunes japonais avec des styles bien précis (rockabily, lolita…) ou des cosplayers, mais on ne les a pas trouvés. Peut être que nous sommes arrivés un peu tard, peut être qu’ils n’étaient pas présents ce jour parce qu’il y avait un festival dans le parc…toujours est il qu’à la place, on s’est baladés dans le joli parc Yoyogi.

En sortant, on a croisé la plus énorme aberration que j’ai vu au Japon. Pour promouvoir des artistes, les maisons de disque louent des camions, pas des camionnettes hein, des semi-remorques.

shibuya_4

Elles les décorent aux couleurs de l’artiste à promouvoir et le chauffeur passe sa journée à se balader dans les rues de Tokyo avec la musique à fond ! Imaginez qu’un camion aux couleurs d’Hélène Ségara passent en boucle dans les rues de votre ville en diffusant à tue-tête son dernier album. Entre la pollution et la nuisance sonore, c’est heureusement pas près d’arriver chez nous.

Il y a aussi la version avec statues géantes flippantes.

shibuya_3

Akihabara

Sans conteste mon quartier préféré, mais c’est peut-être lié à la prédominance geek de l’endroit. Entre les maid café, ces endroits où les serveuses portent de courts uniformes de domestique, on trouve des quantités de petites boutiques d’électronique, de mangas, de jeux vidéos d’occasion, de statuettes à l’effigie de personnages de jeux vidéos ou de mangas.

akihabara_2

akihabara_1

Il n’y a pas tant d’objets dérivés liés à Final Fantasy ou l’univers de Super Mario que ce à quoi je m’attendais. Et soit on a très mal cherché, soit les photomatons kawaii qu’on peut décorer à l’aide de bordures, stickers, textes, etc… (les Purikura) n’existent quasiment plus. Il faut dire qu’on a toujours un temps de retard sur les tendances japonaises depuis notre vieux continent. Aujourd’hui, la mode est aux photomatons qui vous transforment en icône de couverture de magazine.

On trouve également pas mal de salles de jeux, machines à pinces et pachinko. D’ailleurs, dans les « pousse-pièces » que nous trouvons en France lors des fêtes foraines, au Japon on pousse des friandises.

Mais comme en France, on ne gagne jamais…

Photo bonus retrouvée dans mes dossiers : le style japonais. Grande classe.

japan

Telys

One Comment

  1. Il n’y a pas de cosplayeur a Harajuku / Yoyogi. Beaucoup confondent Gosloli (Gothique /Lolita) et Lolita avec des cosplayeurs.

    Les Rockabilly c’est seulement le week-end et les jours fériés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *