[Japon] – A voir absolument à Kyoto

Le lendemain, un grand soleil est annoncé donc on décide de profiter des deux sites à voir absolument (et si possible, dans des conditions optimales) à Kyoto : le Temple du Pavillon d’Or (Kinkaku-ji) et le sanctuaire Fushimi Inari-taisha, avec son immense chemin de torii.

Attention, cet article contient plein plein de photos (et encore, le choix a été drastique).

Inari 1

Même si on ne peut pas dire que nous ayons été matinaux sur ce coup là, il n’est pas plus de 10h quand on arrive au temple et les touristes grouillent déjà de partout.
Mais ça ne nous empêche pas de profiter de la beauté du lieu, véritablement stupéfiante. L’aménagement de l’endroit date du XVème siècle mais, si le temple a brulé plusieurs fois de par sa construction en bois, le Pavillon d’Or a survécu. Sauf qu’en 1950, un moine mentalement déficient (et peut-être légèrement pyromane) a incendié le pavillon. Celui ci a été reconstruit bien sûr, mais au lieu de ne recouvrir que le deuxième étage de feuilles d’or, comme à l’origine, il en a été recouvert entièrement.

C’est un bâtiment absolument splendide lorsque le soleil éclatant le fait briller. Golden Temple 1    Golden Temple 2

 Golden Temple 4

Golden Temple 6

On prend le même plaisir à parcourir le jardin, superbement aménagé. Golden Temple 5

 Golden Temple 7

Golden Temple 8

Lorsqu’on sort, on avise un petit restaurant dédié aux okonomiyaki. Alors tout d’abord, aucune crainte à avoir : un restaurant situé juste en face d’un lieu aussi populaire que le Pavillon d’Or n’est pas un attrape-touristes, pas au Japon voyons ! Et les prix ne sont pas gonflés parce que vous êtes dans une zone touristique, même si c’est le seul restaurant de la rue (hé oui !). Par contre, ne vous attendez quand même pas à ce que les deux petites vieilles qui tiennent la boutique parlent anglais. Mais tant que vous savez demander un okonomiyaki, au porc (buta) et préciser que vous ne mangez pas de poissons et fruits de mer, tout se passe bien !

Sinon, l’okonomiyaki, c’est quoi ? Littéralement, ça veut dire « ce que vous voulez/aimez ». C’est souvent décrit comme une omelette ou une crêpe japonaise, selon que la préparation comporte une pâte à base de farine ou simplement des œufs, comme ici. Chaque région a sa façon de préparer les okonomiyaki. Ensuite, ils sont cuits sur une plaque chauffante.

Okonomiyaki 1    Okonomiyaki 2

On y saupoudre aussi des flocons de katsuobushi, un poisson, que la chaleur fait « danser ».

Après s’être rassasié, on part prendre le train pour Fushimi-ku, dans l’optique d’une grande balade digestive au sanctuaire Fushimi Inari-taisha.

C’est un sanctuaire dédié à Inari, divinité des céréales puis notamment du commerce, ce qui explique le nombre impressionnant de torii payés par des citoyens et entreprises japonais en cet endroit. On est accueilli par un immense torii. C’est la « porte d’entrée » du sanctuaire, qui marque la séparation entre l’enceinte sacrée et le reste du monde. Inari 2

Nous sommes dans un lieu de culte shintoïste, totalement différent des religions monothéistes que nous connaissons. Les sanctuaires sont composés de plusieurs bâtiments. En bas à gauche de la photo, vous distinguez l’endroit où on se purifie en mettant de l’eau dans sa bouche avant de la recracher et en lavant ses mains. C’est leur équivalent de l’eau bénite, en quelque sorte.

Inari 3

Pour « prier », il faut lancer une pièce dans des « bacs » dédiés, frapper dans ses mains, tirer la corde pour faire sonner la cloche et se recueillir.

Inari 6

On trouve partout dans le sanctuaire les statues de kitsune (renards), qui tiennent dans leurs gueules une clé ou une balle (parfois aussi un rouleau)

Inari 5

Inari 4

L’ascension de la première partie du chemin de torii est aussi une sorte de pèlerinage pour les jeunes japonais, en costumes traditionnels. C’est parfois le cas avant leur mariage, par exemple.

Inari 9

Inari 8    Inari 7

Arrivés en haut de la première partie du chemin, beaucoup de gens admirent la vue avant de faire demi-tour. S’il y a un conseil qu’on peut vous donner, c’est de poursuivre ! La deuxième partie du chemin forme une boucle d’environ 3km et était quasiment déserte quand nous y étions. C’est à la fois reposant et beaucoup plus agréable pour faire des photos. Vous aurez également tout le loisir d’admirer les sanctuaires disposés un peu partout au bord du chemin principal.

Inari 10

Inari 14

Quand on a les moyens, on peut payer pour faire construire un torii parmi les autres dans le chemin principal. Ils font même un prix si vous en prenez plusieurs ! Mais si vous n’en avez pas les moyens (et on ne peut pas vous en vouloir, j’ai oublié les tarifs mais c’est carrément pas donné), vous pouvez déposer des mini-torii dans les sanctuaires.

Inari 15

Inari 13

Inari 12

Inari 11

Inari 16

L’un des bacs contenant l’eau pour se purifier, dont je parlais plus haut. On met l’eau dans les grosses cuillères.

Cerise sur le gâteau, on a même croisé deux matous, qui prenaient le soleil sur les pierres chaudes des monuments.

Inari 17

Inari 18

 

L’entrée du sanctuaire étant gratuite et le lieu absolument magnifique et unique, c’est un endroit à ne manquer sous aucun prétexte à Kyoto. Bien sûr, c’est beaucoup plus plaisant à faire par beau temps et l’ombre des grands arbres sur la deuxième partie du chemin est très rafraichissante. Attention quand même, ça grimpe hein. Alors oui il y a des marches et oui les japonais font ça avec leurs tongs locales, mais on vous conseille quand même les baskets 😉

Le Pavillon d’Or est tout aussi immanquable à notre avis. Parmi les centaines de temples de Kyoto, c’est vraiment celui qui sort du lot. L’entrée est à 400 yen et on vous conseille bien sûr de venir très tôt pour éviter les cars de touristes. A noter qu’il existe un Pavillon d’Argent (Ginkaku-ji) qui n’est pas, et n’a jamais été couvert d’argent, même si c’était l’intention initiale. Si vous avez eu la chance/le temps de voir les deux, on est preneurs de vos avis dans les commentaires !

Telys

3 Comments

  1. Kyoto est une si belle ville, j’adore le sanctuaire Fushimi Inari, il est si impressionant avec ses toris et comme dit la vue est magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *