[Japon] – Anecdotes, 2ème édition

S’il y a bien un truc merveilleux avec le Japon, c’est qu’on a jamais fini d’être étonné.

– Dans les bus (de Kyoto du moins), les chauffeurs ont un micro (type opérateur téléphonique). Ils saluent chaque personne qui entre, remercient ceux qui descendent mais aussi avertissent du moment où ils redémarrent d’un feu ou un arrêt et même quand ils vont tourner !

20130410-162242.jpg

– Je pense que j’ai la solution contre le chômage en France : adopter la méthode japonaise, c’est à dire poster devant chaque entrée/sortir potentielle de véhicules (parking de supermarché, dépôt de bus mais aussi concession automobiles !) un mec chargé de laisser passer les piétons/les voitures au moment approprié. Des fois qu’on ne soit pas assez grand pour savoir quand s’engager 😉

– C’est le même système pour toute situation potentiellement dangereuse. On a vu une personne chargée de s’assurer que personne ne se mettait devant une machine à nettoyer les sols pendant qu’une autre personne était occupée à lui faire descendre les escaliers (à la machine, oui, oui, avec des chenilles et tout. On était les deux seuls bêtas à regarder ça d’un air ébahi)
Idem lorsqu’il y a une voie de circulation bloquée, par exemple à cause de travaux sur un lampadaire. Une personne est juste derrière les barrières et fait signe aux voitures de se déporter sur l’autre voie. Comme si un camion entouré de barrières n’était pas un indicateur suffisant du fait qu’on ne peut pas passer.

– Je ne suis pas certaine que ce soit le cas absolument partout au Japon, mais dans les grandes villes les portes des trains s’ouvrent à la hauteur du quai. Il n’y a pas ces horribles marchepieds comme sur les TGV français. Pour la bonne raison que les différents types de train (Shinkansen, JR, etc) n’arrivent pas (jamais !) sur les mêmes quais !

20130410-162120.jpg

– De même, ici les trains pour telle direction partent toujours du même quai, par exemple quai 1 pour Tokyo, quai 2 pour Kyoto, quai 3 pour Hiroshima… Rien à voir avec les perpétuels changements d’humeurs de la SNCF (parfois quand vous êtes déjà DANS le train !)

– En dernier, mais pas des moindres : ici, les trains sont à l’heure. Toujours. Partout. En 2003, le Shinkansen avait un retard annuel moyen de 6 SECONDES. Certes, le fait qu’il roule sur des voies qui lui sont entièrement dédiées joue. Mais quand même. J’aimerais qu’on envoie la SNCF en stage au Japon s’il vous plaît.
Notre hôtesse à Osaka était absolument effarée d’apprendre qu’on prévoie une marge de sécurité/retard moyen d’une demi-heure quand on voyage en train en France.

Voilà pour cette semaine. La semaine prochaine on parlera entres autres de la passion des japonais pour les parapluies 🙂

Telys

3 Comments

  1. Oui ca fait plaisir d’avoir des trains a l’heure ^^ En deux ans au Japon, je n’ai eu que deux retards avec la JR, que j’utilise rarement d’ailleurs car habitant dans le Kansai je voyage plus sur la Hankyu.

    • C’est tellement pratique d’avoir des horaires fiables, ça fait pas mal de stress en moins !
      Et je ne connaissais pas ton blog, je sens que je vais le dévorer en lisant tes archives 🙂 Merci pour tes commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *