[Vienne] Qu’est-ce qui est plus mignon qu’un panda ? Deux pandas.

28 septembre 2012

Pour notre avant-dernier jour, il fait beau et ça tombe bien car on va au zoo ! On en parlé lorsqu’on a acheté le billet combiné avec la Grande Roue du Präter ou encore quand on a visité le château et les jardins, on voulait vraiment voir le zoo de Schönbrunn.

Pourquoi tant d’engouement ? Pour deux raisons :

  1. Parce que c’est le plus ancien zoo en activité du monde ! Fondé en 1752, il est ouvert au public en 1779 et n’a cessé son activité depuis.
  2. Parce que c’est un des rares zoo au monde à avoir des pandas !

Si le concept même de zoo me chiffonne un peu, j’ai oublié tous mes scrupules une fois à l’intérieur. Le guide parlait de « pensionnaires un peu parqués à l’étroit » mais au contraire, on a surtout vu des enclos spacieux et respectueux des habitats naturels des animaux (on en parlera plus loin). Toutefois, c’est surtout vrai dans les parties récentes et si les bâtiments datant du XVIIIème peuvent sembler petits, il ne faut pas oublier la partie extérieure où les animaux peuvent s’ébattre joyeusement.
Le zoo est divisé en trois parcours et si vous voulez tout voir, comptez une journée. On est arrivés vers midi et on est sortis à la fermeture du parc, à 18h30.

On a commencé par le parcours Neptune, avec des rhinocéros dont un qui avait bien compris qu’en bougeant ce sac, du foin allait en sortir.

 

On a croisé un paon en liberté et son alter égo albinos se baladait aussi dans le parc.

 

Il y avait des mangoustes mais aucune ne s’appelait Timon…

 

Sur ce parcours, il y avait aussi une serre tropicale avec plein de roussettes (des chauve-souris) pendues par les pieds aux structures du toit. On y a aussi aperçu la fleur la plus grosse du monde qui s’avère en réalité bien moche. Mais il y avait aussi une salle à laquelle on accédait par un sas et où il faisait complètement nuit. A l’intérieur, des dizaines de chauve-souris totalement réveillées qui volaient dans tous les sens sans jamais nous percuter, douées qu’elles sont. C’était un petit peu flippant pour moi qui n’aime pas trop les bébêtes mais absolument extraordinaire à vivre.

Il y avait aussi les loutres les plus mignonnes du monde, curieuses de tout et totalement excitées. Il y en avait une qui jouait avec son caillou avant de se coucher sur sa copine, qui a rouspété un peu en couinant.

    

On est passés à côté du futur enclos des ours polaires, actuellement en construction, pour apercevoir les pingouins. Puis on est passés au chemin du Tyrol.

Pas beaucoup d’animaux sur ce trajet constitué de plusieurs passerelles à quelques mètres de hauteur dans la forêt. Un chemin agréable, où on peut apercevoir les cratères laissés par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, avant d’arriver à une authentique (mais reconstituée) ferme tyrolienne. Chevaux, vaches, cochons, rien qui ne nous soit inconnu donc on a poursuivi pour arriver aux ruches. A l’aide d’un ingénieux dispositif , on peut observer l’activité des abeilles dans la ruche et un distributeur situé juste à côté permet d’acheter des produits fabriqués à partir de leur miel. On adore le concept et si on n’avait pas déjà eu une tonne de miel à la maison, on aurait certainement craqué.

En descendant vers la partie « historique » du zoo, on peut apercevoir des loups et on dispose d’un super promontoire sur l’enclos des éléphants.

    

On a également passé un moment devant l’enclos des ours bruns où on a eu la preuve que l’auto-fellation est possible pour eux. Je crois que le plus drôle c’était quand même de voir les parents arriver avec leurs gamins et ne se rendre compte de rien.

  

On aborde ensuite le chemin principal, qui serpente autour des bâtiments les plus anciens du zoo. On s’arrêtera au passage pour grignoter de nouveau un Langös. On décide d’en prendre un chacun mais le vendeur nous demande quelque chose en allemand qu’on ne comprend pas. Téméraires, on répond « ja » et le voici en train de badigeonner notre langos (frit, on le rappelle) d’un genre d’huile. Perplexes, on goûte et on se rend compte qu’il vient de le parfumer au gras et à l’ail. Et que c’est UN PEU écœurant à manger.

 

La grande attraction de cette partie du zoo, ce sont bien sûr les pandas. Yang Yang (une femelle) et Long Hui (un mâle) ont été prêtés par la Chine au zoo de Vienne pour 10 ans. Ils ont déjà donné naissance à Fu Long en 2007 et ont récidivé en 2010 avec Fu Hu, qu’on a eu la chance de voir en septembre. Parce que tous les pandas du monde appartiennent à la Chine (d’où le prêt) et doivent donc, à leur deuxième anniversaire, être rendu à leur pays. Le 7 novembre, Fu Hu est donc parti rejoindre ses congénères en Chine.

    

Je vais m’énerver un tout petit peu maintenant, même si ça n’y changera certainement rien. Mais on ne voit les pandas que de dos sur nos photos. Pourquoi ? A cause des abrutis gens qui ne savent pas prendre une photo en respectant l’animal et usent, voire abusent du flash. Pas con le panda, il bouffe tranquillement en tournant le dos aux visiteurs. Je crois que le pire, ça a été le mec qui prenait des photos avec flash… dans la grotte aux chauve-souris (où il faisait totalement nuit je rappelle). Je ne parle même pas des gens qui tapent sur les vitres pour attirer les animaux hein…

Bref, au zoo de Vienne il n’y a pas que des pandas, il y a aussi des pandas roux !

  

Et des girafes. D’aussi loin que je me souvienne, c’est la première fois que j’en voyais et elles ont la classe. On s’est quand même demandé si l’une d’entre elles s’appelait Sophie et faisait « pouick » quand on lui appuie sur le ventre mais on a pas pu tester.

 

  

Sans parler des terrariums, koalas, flamands roses, pélicans, rennes, oiseaux de toutes sortes, tortues, singes, lions, panthères et j’en oublie certainement… Le zoo est véritablement immense et très complet. On le recommande absolument à tous ceux qui passent par Vienne, petits et grands.

    

Bien sûr, la sortie se fait par la boutique et on a craqué :

 

Au retour, on passe devant un jardin zen (pas terrible ceci dit) dans les jardins de Schönbrunn…

 

Et devant les serres aux palmiers…

 

On en profitera pour refaire des photos du château alors que la nuit tombe. Pendant ce temps, deux couples avec demoiselles en robe de soirée de satin et messieurs en costume font faire des photos par un photographe. Photos de mariage, voyages de noces ? On ne saura jamais.

 

Pour le diner, on retourne au pub 1516 Brewing Company, qu’on avait beaucoup apprécié au début de notre séjour. Et on a pensé à faire des photos des hamburgers !

 

A part le fait que l’endroit soit très, mais alors vraiment très bruyant, on vous le recommande. La nourriture est bonne sans être exceptionnelle mais les bières sont sympa.

Telys

4 Comments

  1. Très jolies photos!
    Je crois que le zoo ça a été le premier truc ou j’ai insisté pour traîner mon homme quand on s’est installé à Vienne! 🙂 Je l’ai vraiment trouvé magnifique, il faudra qu’on y a retourne au printemps, histoire de voir aussi un peu plus les animaux dehors (on avait été en février…)
    Par contre j’avoue avoir fait ma petite nature dans la salle obscure, en même temps juste devant moi y avait une nana qui huuuuurait tellement que c’est presque qui m’a le plus fait flippé, bref j’avoue avoir traversé comme un éclair… 🙂

    • Merci !

      J’avoue que le zoo étant une « annexe » du château, je ne m’attendais pas à visiter quelque chose d’aussi beau et complet. Vous avez de la chance de pouvoir y retourner régulièrement 😉
      Tu pourras réessayer la salle obscure ^_^ Il y en avait une autre que j’avais aimé, du même type avec de la lumière noire, avec des rats et des souris (mais enfermés, avec un décor de bateau)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *