[Vienne] – Un kilomètre à pied, ça use, ça use…

24 septembre 2012

Aujourd’hui, on décide de s’éloigner du centre et d’aller voir les choses toujours intéressantes mais qu’on ne fait bien souvent pas, par manque de temps. On est là pour dix jours, c’est pour profiter de la ville à fond.

Après pas loin d’une heure de marche au milieu d’un paysage totalement quelconque (une voie rapide, le chantier de construction d’une gare…) nous sommes arrivés à la Hundertwasserhause.

Petit point linguistique : Hundertwasser c’est le nom du mec un peu barré qui a designé cet immeuble et hause ça signifie maison en allemand. C’est donc la maison de monsieur Hundertwasser. Mais il s’avère que ce monsieur a un nom plutôt original puisque sa traduction signifie littéralement « cent eaux », c’est donc la maison de monsieur cent eaux. J’ai failli faire une allusion à la boucherie Sanzot mais ça se prononce pas pareil. Bref, cette aparté linguistique mis a part c’est une maison un peu tordue, littéralement…

Aucune fenêtre n’est au même niveau que l’autre, 250 arbres et arbustes sont plantés au sein même de l’édifice et, à part dans la cinquantaine d’appartements qu’elle contient pour des raisons évidentes de praticité, le sol est ondulé. Pour info elle est bien habitée, d’après notre guide par des bobos-écolos-artistes qui en ont eu un peu assez de voir des cars de touristes débarquer donc on ne peut plus la visiter. Car oui les toits sont recouverts de verdure et il est totalement autorisé de repeindre non seulement les murs de l’appart mais également la cage d’escalier. La construction dispose de pas mal de lieux de vie commun, notamment des salles de jeux pour enfants.

Bref, c’est un lieu difficile à décrire et les photos sont plus parlantes.


Crédit photos : dugspr – Home for Good

Intrigué par ce monsieur, nous nous sommes rendu à un autre de ses bâtiments, situé deux rues plus loin : la Kunsthause. Et effectivement, on retrouve le style. Celle ci est plus sympa (bien qu’apparemment moins connue) puisqu’abritant un musée, une boutique et un café, on peut rentrer et avoir un aperçu de l’intérieur de ces maisons pour le moins originales.

Crédit photo : jakemark

Ensuite, direction le parc d’attraction du Präter en longeant le Danube. Ça nous a pris encore un peu moins d’une heure de marche et avec le recul, on aurait mieux fait de prendre un pass de transports à la journée étant donné que les trajets n’étaient pas particulièrement passionnants, jolis ou agréables.

Donc le Präter est un immense parc, au sein duquel on trouve outre des arbres, un stade et le palais des congrès un parc d’attraction, l’un des plus anciens d’Europe puisque tout a débuté en 1766. Le Präter accueillera l’Exposition Universelle de 1873 et en 1897 débute la construction de la Grande Roue de 65m, emblème de la ville. Quel emblème, me direz vous, on ne la voit jamais ?! Et bien si, si vous avez eu le courage de voir « Le Troisième Homme », avec Orson Welles ou « Tuer n’est pas jouer », un James Bond avec Timothy Dalton. Si ça ne vous dit toujours rien, voici quelques scènes du film (la Grande Roue apparait à 50 secondes)

A l’époque de sa construction, la Wiener Riesenrad n’est pas la plus haute Grande Roue au monde puisque Paris, les États-Unis et l’Angleterre disposent de Grandes Roues encore plus…grandes (jusqu’à 100m pour celle de Paris). Mais après leurs démolitions au tout début du XXème siècle, et jusqu’en 1985, c’est bien celle de Vienne qui détiendra le record mondial. Depuis, les Japonais ont gardé le record au sein de diverses structures et aujourd’hui, c’est la Grande Roue de Kasai Rinkai Park, à Tokyo, qui est la plus haute du monde en culminant à 111m. Le record absolu est toutefois situé à 120m, avec la Sky Dream à Fukuoka (toujours au Japon) mais elle a fermé.

Crédit photo : Ulf LIjankoski

Avant de monter dans la roue, vous pourrez parcourir un petite exposition retraçant, en version miniaturisée dans d’anciens wagons, l’historique du Präter, de l’époque Romaine à la reconstruction de la Grande Roue après les bombardements de 1945. Et si vous avez de l’argent (entre 200 et 300€/heure) et/ou un partenaire qui n’a pas le vertige (= pas moi), environ la moitié des cabines-wagons sont aménagées pour de romantiques et élégants repas.

On a ensuite parcouru le parc, qui recense les traditionnelles attractions de fête foraine mais également la délocalisation autrichienne du célèbre musée de Mme Tussaud. On a préféré explorer de nouvelles options culinaires et on a acheté un langos. C’est un peu le churros local : un beignet plat d’une trentaine de centimètres de large, aromatisé à l’ail. Haleine de cheval garantie ou remboursée, bien sûr.

 

Puis Bigfoot s’est laissé tenter par le Praterturm, une attraction de chaises volantes qui fait CENT DIX SEPT MÈTRES DE HAUT. Il y a des photos par ici, et rien que de les regarder j’ai le vertige. Mais l’avantage, c’est qu’à 117m de haut on a une super vue ! Et que Bigfoot a repéré une jolie église « par là ». Alors en ressortant du parc, nous voici repartis à errer dans les rues pour trouver « la jolie église ».

On finira par la trouver place de Mexico, c’est l’église St-François d’Assise et c’est vrai qu’elle est jolie.


Entre temps, on a fait un détour par le supermarché du coin où on s’apercevra que les autrichiens ont droit au Philadelphia au yahourt ou au curry (doux ou fort) et au Twix au chocolat blanc. Comme j’ai une passion pour les barres chocolatées aux parfums originaux, on en a acheté et c’est juste TROP BON. Même pas trop sucré ou écœurant comme je m’y attendais.

Pour diner, on choisira Salzamt, un resto très bien recommandé sur Trip Advisor et à raison : un peu classe, la déco sobre mais bien choisie avec des menus exclusivement en allemand (un peu le meilleur indicateur des restos locaux et pas attrapes-touristes). Je craque pour un steak au poivre (une semaine sans viande rouge, j’en rêvais) accompagné de pommes de terre et salades. Bigfoot tente le poulet au curry, brocolis, riz basmati et en dessert, on partage un parfait à l’orange sauce orange délicieux.

 

Retour à l’appart pour un gros dodo, demain on doit se lever tôt pour aller à Bratislava !

————————————————————

Wiener RiesenRad

  • Riesenradplatz 1, 1020 Wien
  • Généralement de 9h à 23h45 l’été et de 10h à 19h45 l’hiver mais les horaires et les jours de fermeture varient, il vaut mieux consulter la page officielle
  • 9€ mais il existe pas mal de billets combinés. On a pris le combiné avec le zoo de Schönbrunn, qu’on recommande vivement, pour 18€ (sinon, l’entrée du zoo est à 15€)

Telys

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *