[Vienne] – L’impérative Impératrice

23 septembre 2012

(Pour ceux qui ont suivi, ce devait être à Telys de rédiger cet article mais on a décidé d’échanger… Pour tout dire j’avais pas envie de faire un troisième article « marche à pieds » la semaine prochaine. Pour les autres, beh essayez de suivre !)

Bon, aujourd’hui c’est dimanche mais c’est pas un prétexte pour se reposer ! Même si on ne va pas autant marcher qu’hier on a quand même prévu une grosse journée !

On commence par le musée impérial. J’en avais déjà parlé dans l’article du premier jour, c’est situé dans le palais impérial (Vous vous souvenez ? Le palais qui recouvre 1/5 de l’arrondissement.).

Palais impérial

 A l’intérieur ça donne ça :

Le musée coûte 10€50 mais il existe des billets combinés avec d’autres sites touristiques, par exemple le château de Schönbrunn. Pour ce prix là on a le droit à un audio-guide très complet. Il existe des visites guidées dans plusieurs langues dont le français mais c’est pas forcément nécessaire (en plus, pour tout vous dire, on a croisé la visite guidée en français et c’était que des vieux…). Si ça vous tente quand même renseignez-vous avant parce que de mémoire, en français, il n’y en avait qu’une par jour.

Bon, sinon c’est un musée trois en un (comme le shampoing !) :

La collection d’argenterie impériale : Des kilomètres de vaisselle impériale sur des centaines de mètres carrés… Je ne dirais pas que c’est chiant parce qu’il y a quand même des infos intéressantes mais disons que c’est pas non plus trépidant. Ceci dit, si vous aimez les collections d’assiettes en porcelaine de votre grand mère (Sisi impératrice, les assiettes kitch qui sont accrochées au mur ! Avec au choix des phrases hautement philosophiques ou un paysage de station balnéaire). Bon ben là c’est à la puissance 10.

Outre la porcelaine il y a aussi l’argenterie, des tonnes d’argent et des kilos d’or, ça doit pas être évident à astiquer (Vous là bas au fond, ça vous fait rire ?). Ils doivent commander le miror par palettes complètes…

   

   

 

Petite note sur cette photo, il s’agit d’un pliage de serviette impérial, connu uniquement de deux personnes au monde et qui n’est autorisé qu’a la table de l’empereur, rien que ça ! Chaque « compartiment » de la serviette contient une viennoiserie.

   

 – Le musé Sisi : Bon, est-ce que j’ai besoin de vous présenter Elisabeth de Wittelsbach, impératrice de son état, qu’on connait plus sous le nom de Sissi (ou Sisi en Autrichien) ? Le musée raconte son histoire en commençant par casser le mythe créé et convoyé par la filmographie autour d’elle.  Personnellement je n’ai jamais vu les films/séries/comédies musicales ou dessins animés la concernant mais visiblement le message qu’ils transmettent est biaisé et le personnage idéalisé (Il semblerait qu’elle ait été plutôt du genre névrosé, anorexique et un peu égoïste). Bon ceci dit ça avait quand même l’air d’être une sacrée femme avec un caractère en béton armé d’acier trempé renforcé au titane, et une petite dose de « rien à foutre »… Au delà du personnage le musée est également intéressant parce qu’il parle de l’époque et de la société qui lui était contemporaine.

Les appartements impériaux : On entre ensuite dans la partie des appartements impériaux qui sont une enfilade de pièces conservées dans leur état fonctionnel de l’époque de François Joseph et Sisi. On en apprend plus sur l’empereur, un vrai accro au travail qui commençait ses journées à 4h du mat’ et le mode de vie des Habsbourg. On traverse les salles de réception, les appartements de l’empereur, de l’impératrice (et même ses chiottes, oui, même les impératrices font caca…), la salle de bal… Très intéressant également et surtout super bien présenté / commenté dans l’audio-guide.

Globalement le musé dans son ensemble vaut largement le détour et le prix de l’entrée.

 

Bon, là dessus, comme on n’a pas mangé depuis le petit dèj et qu’il est pas loin de 16h, on se fait rattraper par la faim.

La gourmandise nous guide donc vers un des cafés que l’on avait repéré lors de notre première journée. Je vais ENFIN pouvoir manger la Sachertorte dont je rêve depuis notre arrivée (et même bien avant cela en fait…) !!!!! La Sachertorte si vous connaissez pas c’est l’étape ultime du gâteau au chocolat. Faut imaginer : Une génoise « fondante » (je sais pas comment le décrire, c’est pas une génoise tout sèche quoi) au chocolat coupée en deux dans l’épaisseur, une couche de confiture d’abricot entre les deux morceaux. Le tout recouvert de confiture d’abricot et d’une ganache lisse de chocolat… Si vous venez pas de mourir d’hyperglycémie en imaginant la chose, vous devriez normalement avoir faim ^^. On commande une part de Sachertorte pour moi et une part de Nusstorte (tarte aux noix) pour Telys. C’est super bon mais pas suffisant donc, en sortant, on craque pour un hotdog pour moi et une bratwurst (grosse saucisse avec un petit pain) pour Telys.

   

 

Sur ce, direction la Kapuzinergruft (Crypte des Capucins) (On l’appelle aussi Kaisergruft – Crypte Impériale). Elle est très logiquement sous l’église des Capucins (Kapuzinerkirche) et renferme les corps de la quasi-totalité de la dynastie des Habsbourg… Mais pas leurs coeurs ! En effet, pour faciliter l’embaumement des corps, les coeurs étaient extraits et conservés dans la crypte de l’église des Augustins. Et oui, chez les Habsbourg, quand tu meurs, on te retire le cœur et on l’enferme dans la crypte d’une autre église à environ un kilomètre de ton corps. Bon, tu me diras, quand t’es mort tu t’en fous…

Petit détail/anecdote « marrante » au passage : j’ai pu lire le rapport d’autopsie de Sisi au musée (en français puisqu’elle a été assassinée en Suisse) qui dit grosso modo qu’au court de l’autopsie, le médecin craignant pour la conservation du cœur à fait quelques points de suture sur ce dernier (elle a été poignardée et donc le cœur était perforé) afin de faciliter l’embaumement.

A l’intérieur (l’entrée coûte 5€), plus d’une centaine de cercueils, certains dans un style tout à fait sobre, en étain, d’autres qui sont de véritables monuments (au mauvais goût) en cuivre, recouverts de têtes de morts, avec des pieds de lions, des angelots partout, plus de deux mètres de haut et facilement 4X3 mètres de longueur/largeur, enfin vous voyez le truc quoi… Non ? Ben voilà une (mauvaise) photo.

Il manque ceux du duc et de la duchesse de Hongrie dont l’assassinat a déclenché la première guère mondiale mais une plaque commémorative les remplace.

Y’a aussi les cercueils de Sisi et son mari Franz Joseph qui sont recouverts de fleurs, visiblement les autrichiens sont encore assez fans.

   

 

Enfin, puisqu’on a vu les cercueils on est allé à l’église dont la crypte renferme les cœurs (mais sans qu’on puisse les voir puisque la visite ne se fait que sur rendez-vous et coûte un cœur bras).

Enfin, après un passage au Starbucks (amis intolérants au lactose, ne prenez jamais mais alors JAMAIS de caramel machiatto ! Oui je sais je suis con, mais des fois ça passe, pas cette fois…) pour profiter de la connexion internet (pour rechercher un resto !).

 

On s’est décidé pour un des rares restos recommandés par le guide du Routard qui soit ouvert le dimanche : le Gulaschmuseum. Comme son nom l’indique (musé du goulasch pour ceux qui suivent pas au fond), c’est un resto dont la spécialité est… le goulasch. C’est pour cette raison que Telys à choisi… un camembert frit ^^. Pour sauver l’honneur j’ai pris un wienner fiacergulasch (goulasch du fiacre viennois) et c’était plutôt pas mal du tout ! Un mix entre un bœuf bourguignon et une carbonade flamande avec une saucisse (ben ouais on est quand même en Autriche !) et une boule géante de mie de pain. Parait que c’est traditionnel, en tout cas c’est bon (ouais c’est bourratif, ai-je besoin de préciser ??).

Ah ouais, et y’avait le sosie de Freud (ou du professeur Tournesol…) !

 

Bref, le resto vaut le détour pour l’étendue des spécialités locales proposées à la carte et à un prix défiant toute concurrence, mais ne vous attendez pas à un service chaleureux et attentionné.

Bigfoot

 ————————————————————

Les appartements impériaux et le musée Sissi

  • Michaelerplatz, 1010 Vienna
  • Ouvert de 9h à 17h30
  • 10,50€, audioguide inclus

Crypte des Capucins

  • Tegetthoffstraße 2,  1010 Vienna
  • Ouvert de 10h à 18h
  • 5€

Bigfoot

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *